Femmes et fortes

Cours d’autodéfense pour les femmes à Lausanne et Vevey.

Allez dire à une femelle guépard qu’elle a besoin d’un mâle pour sa « protection » ou qu’elle doit les craindre… Elle vous rira au nez ! Parce qu’elle a toujours vécu seule, parce qu’elle chasse seule pour se nourrir et nourrir ses petits, parce qu’elle protège seule ses petits, parce que ni elle ni aucune de ses congénères n’ont jamais été violées par un mâle. Il n’y a que le mammifère humain femelle qui croit être plus faible que son homologue mâle et se laisse pareillement dominer. Cet état de fait n’a rien de naturel, il est culturel.

Etre femme
Etre une femme ne veut pas dire que vous avez besoin d’un homme pour vous protéger, que vous pleurez plus que les hommes, que vous ne savez pas monter aux arbres ou au sommet des montagnes, que vous devez laisser les hommes prendre la main dans le cadre familial ou en politique, que vous êtes plus émotive, moins déterminée, moins féroce, que vous devriez arrêter de travailler après la naissance de votre enfant, que vous ne connaissez rien aux moteurs de voitures, que vous ne devriez pas faire du football, que vous devez être moins payées ou que vous ne savez pas vous battre.

Etre un mammifère humain femelle veut dire que vous avez été créée par Mère Nature (Dieu). Et si Mère Nature vous a créée ça veut dire que Mère Nature a besoin de vous. Et si Mère Nature a besoin de vous, elle vous a armée d’une méthode de combat pour votre sécurité.

Résistance, un mot féminin
Les femmes ont 8 ans d’espérance de vie en plus. Elles résistent mieux à certaines maladies, elles résistent mieux aux conditions extrêmes (très hautes ou très basses températures), elles résistent mieux à la famine. Elles sont fortes. Pourquoi ne le dit-on jamais?

A travers l’éducation, depuis leur plus jeune, âge on demande aux jeunes filles de ne pas être turbulentes, de ne pas se râper les genoux. On leur donne des poupées. Les garçons, eux, ont le droit d’être plus agressifs et de grimper aux arbres. Les filles apprennent à se soumettre dès le plus jeune âge à travers les jeux physiques. Les garçons, plus lourds et plus musclés peuvent les bousculer et les immobiliser. Mais vous verrez que ça n’a rien à voir avec la vraie défense physique!

On répète à tort depuis la nuit des temps que le muscle, le poids corporel et la taille font la différence lors d’un combat, qu’une femme ne peut rien faire contre un homme. Tout cela sert le « système » permettant de conserver les femmes en citoyennes de seconde zone.

Les hommes ne sont absolument pas plus forts que les femmes au combat. Le plus fort au combat est la personne la plus déterminée à ne pas subir, celle qui refuse à tout prix et ne se résigne pas, même face à plusieurs agresseurs. La personne qui gagne est celle qui connait et applique les coups véritablement efficaces et surtout qui accepte la nécessité de devoir blesser son agresseur lorsqu’il n’y a pas d’autre choix.

Dans une situation de légitime défense, oser donner les coups réalistes inscrits dans notre instinct ne demande pas de la force mais de la détermination et de l’amour-propre.

 

Advertisements